• brian

    Brian Richy voice artist from Canada

    5 years ago

    Brian Richy is a prolific voice artist from Canada. He started his career in Toronto and soon moved to Japan, following a rock band from that country. ...

    Read More
  • gary

    Gary Terzza, VO coaching from the UK

    6 years ago

    VO coaching is what Gary Terzza offers through VOmasterclass™, a voice over training program helping beginners in the peculiar art of reading at the mic.

    Read More
  • slide

    Rosi Amador, locutora bilingüe

    7 years ago

    Entrevista con Rosi Amador, locutora bilingüe de origen argentino y puertorriqueño. De español neutro e inglés con ligero acento hispano, si fuera necesario.

    Read More
  • HSR 2010 East

    Uncle Roy, VO coach with a tested method

    7 years ago

    Uncle Roy, from Antland Productions (Bloomfield, New Jersey) has worked as Sound Designer, Recording Engineer and Producer.

    Read More
  • david

    David Voix off: Plusieurs Cordes dans son Arc

    7 years ago

    Depuis sa base en Bretagne, le comédien voix off David Richard est toujours prêt à allumer son home studio pour satisfaire

    Read More
  • final
    • Page Views 5032

    Comment monter son home studio voix off ?

    Comment monter son home studio? Voici une question très courante dans le milieu de la voix off. De plus en plus de comédiens créent leur propre environnement d’enregistrement afin de répondre à une demande toujours plus exigeante en terme de délai. C’est également souvent plus de confort car cela limite les déplacements tout en apportant plus de souplesse de travail. La formule classique du studio recevant les artistes/acteurs/comédiens n’est donc plus exclusive. Et les comédiens voix off doivent posséder des notions de plus en plus avancées dans la technique.

    Voici donc les suggestions de l’ingénieur son Baudoin Ferrand chez PrimeVoices décrivant l’essentiel des questions à se poser afin de bien choisir son équipement et d’éviter certains pièges ou erreurs faciles à commettre.

    1- Bien choisir le lieu/pièce d’enregistrement.

    Première étape, et la plus importante, le local. Souvent négligé, un bon local est indispensable pour qu’une prise de son soit correcte. En matière de voix, on demande en général à ce que le son soit non réverbérant. Une petite pièce l’est souvent moins qu’une grande, donc inutile de s’enregistrer dans 50m2. Avec des toiles tendues sur les murs et plafonds, quelques meubles, un peu de matériaux absorbant le milieu du spectre sonore, on arrive souvent à obtenir des résultats satisfaisants pour un coût modéré. Choisissez un lieu isolé des bruits extérieurs car le moindre son est perturbateur et souvent difficile à extraire en post-production.

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir son local :

    - privilégier un petit espace pour une réverbération courte

    - l’absorption ou diffusion doit être équilibrée (pas trop forte/faible sur certaines bandes de fréquences)

    2- Choisir un ordinateur (PC/Mac)

    Il s’agit du centre technique de votre installation. S’il n’est pas assez performant les enregistrements et la post-production peuvent vite devenir insupportables. En effet, vous pouvez être amenés à travailler avec plusieurs pistes sonores, des plugins et de la vidéo. Les sessions s’alourdissant, veillez à avoir une puissance suffisante. Par exemple 4Go de RAM semble un minimum pour éviter des problèmes de latences ou de ralentissements de la machine. Prévoyez également un disque dur de travail conséquent (1To), et bien sûr un ou deux disques de sauvegarde !

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir son ordinateur :

    - une puissance suffisante (attention aux recommandations techniques de certains fournisseurs de logiciel de MAO, et aux exclusivités sur certains systèmes d’exploitation)

    - une capacité de stockage importante, et des disques de sauvegarde

    - la possibilité à terme de travailler sur deux écrans pour un meilleur confort de travail

    Le saviez-vous? Afin de bien rassurer votre clientèle, dans votre profile chez DirectVoices vous pouvez montrer et décrire votre home studio voix off

    3- Choisir un micro

    En studio, les conditions d’enregistrements sont souvent optimales : très peu de son parasite (repisse), pas de contrainte de résonance par rétroaction acoustique (effet larsen), etc. Des micros statiques à condensateur sont donc à privilégier car ils sont très sensibles, c’est à dire qu’ils perçoivent la moindre variation sonore, les moindres détails. Et c’est ce qu’on cherche en studio. Évitez donc de mettre des éléments bruyants dans le local d’enregistrement : ordinateur, objets métalliques vibrants, climatisation mal isolée etc.

    Ces micros n’ont pas tous la même couleur. Certains sont plus neutres, d’autres ont un grain particulier. Le choix est donc assez personnel. N’hésitez pas à en tester si vous avez l’occasion, bien qu’il soit de plus en plus difficile de se faire prêter du matériel aujourd’hui.

    En enregistrement voix off, on privilégie en général des micros disposant d’une directivité cardioïde, c’est à dire que la capsule du micro capte les sons provenant de l’avant, tout en rejetant une partie des sons latéraux et arrières.

    Sachez que les micros statiques ont besoin d’être alimenté en courant par ce qu’on appelle une alimentation fantôme (48v) qui provient de la carte son ou du pré-amplificateur micro.

    Et trouvez vite un anti-pop à installer devant le micro afin d’atténuer les plosives.

    De plus, il peut être intéressant d’avoir un micro de secours si un problème survient avec votre micro principal. Il vous permettra de répondre aux demandes toujours plus urgentes des clients, tout en vous laissant de la marge pour la réparation ou le remplacement de l’autre.

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir son micro :

    - privilégier un micro statique dit « à condensateur » car sensible et linéaire

    - faire des tests avant achat si possible

    - faire attention à sa ou ses directivités (regarder la présence de la directivité cardioïde, la plus utilisée en voix off)

    4- Choisir une carte son (convertisseur/pré-ampli)

    Voici une étape importante dans l’élaboration de son home studio. Cette interface fait la connexion entre votre micro, l’ordinateur et vos moniteurs. C’est ce matériel qui transforme le son analogique provenant du micro en un signal numérique exploitable par un ordinateur et un logiciel audio. Attention, la qualité de conversion est très variable. Il est donc important de garder une cohérence dans sa chaîne de son. Coupler un micro à 2000€ à une carte son (convertisseur analogique/numérique, ou ADC pour Analog-to-Digital Converter) à 150€ ne donne à priori pas de bons résultats.

    Dans le cadre d’un home studio, il est possible de trouver une carte son qui fasse la conversion du son, mais également une pré-amplification micro. Le rôle de cette dernière est de monter la tension électrique de sortie du micro, qui en général est assez faible, à une tension de travail suffisante pour le logiciel. Ce pré-ampli est un élément primordial de la chaîne de son, à ne pas négliger donc, car il agit directement sur la qualité de restitution du son capté par le micro. Veillez bien à ce que cette carte son soit équipée d’une alimentation fantôme 48v pour votre micro.

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir sa carte son :

    - la qualité du convertisseur déterminant dans la qualité de restitution du son

    - la qualité de la pré-amplification et la présence du 48v

    - regarder le nombre d’entrées et de sorties de la carte pour anticiper d’éventuels usages autres que la voix off

    5- Choisir un logiciel

    Le choix du logiciel est important car il s’agit de l’outil de contrôle pour le comédien lors de l’enregistrement et de l’édition de l’audio. Il faut donc se sentir à l’aise avec son interface. Quelque soit le logiciel, un temps d’adaptation est nécessaire, plus ou moins long selon ses connaissances. Ces logiciels de MAO possèdent souvent des fonctions plus ou moins cachées qui offrent un gain de temps important et qu’il est intéressant de connaître. Il existe de nombreux tutoriels sur internet qui détails des points précis qui peuvent vous intéresser.

    Tous ces logiciels proposent les outils de base de l’audio : enregistrement sur une piste, outils d’édition, quelques plugins de traitement audio (EQ, compresseur, de-esser, gate, etc.) et quelques plugins d’effet (réverbération, delay,…). Vous pouvez vous référer à notre article écrit à ce sujet pour en apprendre plus sur les logiciels de MAO :

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir un logiciel audio :

    - est-t-il utile d’avoir un logiciel qui a une gestion multi-piste ?

    - la compatibilité avec les cartes son (possible exclusivité avec certaines marques ou modèles)

    - la possibilité de travailler en direct sur une ou des vidéos, pour facilité la synchronisation à l’image

    6- Choisir un système de monitoring

    Il n’y a pas de règle d’or pour choisir un bon système d’écoute ; le choix pour telles ou telles enceintes étant souvent assez subjectif. Sachez tout de même que les monitorings professionnels doivent restituer le son à +/-1dB sur l’ensemble de la bande fréquence audible (théoriquement 20Hz/20000Hz). Cela ne signifie cependant pas que toutes les enceintes sonnent de la même manière, loin de là. Mais elles ont vocation à être les plus neutres possibles.

    Il est également possible de travailler le son avec un casque. Cependant la perception du son provenant d’un casque n’est pas naturelle. En effet, en situation normale, un son nous provient depuis de multiples points distants qui sont tout d’abord la source du bruit, une personne par exemple, puis l’ensemble des sons indirects provenant de cette même source qui se réfléchissent sur les murs, sols, plafonds etc…). Avec un casque, on perd cette notion de distance et d’espace. En revanche, utiliser un casque est intéressant si l’on veut que l’écoute soit agréable dans cette situation. Ce cas de figure se présente notamment dans la production musicale, car de plus en plus de personnes écoutent leur musique au casque/écouteurs nomades.

    Un casque est cependant très utile (indispensable?) en phase d’enregistrement afin d’avoir un retour de sa propre voix. Dans ce cas, privilégiez un casque fermé afin d’éviter que le son émis par le casque ne soit perçu par le micro. Attention à ne pas vous enregistrer avec un niveau de retour casque trop élevé, notamment quand il y a un fond sonore musical.

    Quelques éléments à prendre en compte au moment de choisir son système d’écoute :

    - la linéarité et neutralité des enceintes

    - la précision du son perçu

    - choisir un casque fermé pour le retour casque en enregistrement

    Créer son home studio nécessite de bien connaître la nature de son travail. Celui de la voix off est assez spécifique, il ne doit pas être monter de la même manière que le studio d’un compositeur par exemple. Il est important de répartir son budget de manière équilibré entre les différents éléments matériels pour garantir une cohérence dans sa chaîne de son. Les différents points abordés dans cet article ne sont donc pas exhaustifs et constituent une base, un point de départ pour s’installer.

    Mais, par votre expérience, peut-être voyez-vous certains éléments importants qu’il faudrait prendre en compte lors de la création de son home studio et qui ne figureraient pas ici ? Avez-vous eu des difficultés au moment de faire certains choix ? N’hésitez à partager autour de ce sujet à la fois vaste et passionnant.

    Share This Article

    Next Story »

    Pré-amplificateur, rôle et réglage

    Leave a comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *